REVUE DES MARCHES FINANCIERS – T1 2020 - Rapport préparé par Generation ALFA

2020-04-09
  • -Mars aura été le mois le plus dramatique pour les marchés financiers depuis octobre 2008.
  • -La chute des marchés des actions à la fin du mois de février s'est étendue à toutes les autres classes d'actifs et très peu ont réussi à finir le mois en hausse.
  • -Le chaos a été observé même dans les marchés des actifs les plus sûrs, en raison de ventes de panique pour lever des liquidités à tout prix ; les rendements des bons du Trésor à 10 ans ont d'abord chuté de 1,14% à un record bas historique de 0,32%, avant de remonter à 1,3% pour finalement terminer le mois de mars à un niveau de 0,67%.
  • -Le prix de l'or a chuté de 12% en sept séances, les appels de marge ayant forcé les investisseurs à liquider des positions.
  • -Une énorme volatilité a également été observée dans les marchés des devises, en raison de la ruée sur le dollar, et la parité EUR/USD s'est négociée dans une large fourchette : d'abord un renforcement du dollar à 1,06, puis une baisse à 1,15, avant un retour à 1.10.
  • -La pandémie de Covid-19 a évidemment provoqué cette tension sur les marchés, mais elle a également été aggravée par l'effondrement des prix du pétrole; la Russie s'est retirée des discussions OPEP + et rejeté une proposition saoudienne d'une réduction supplémentaire de la production. Cette issue a entraîné une plongée des prix du pétrole de plus de 50 % en mars.


Vues générales

  • -Avec humilité, nous ne pouvons pas savoir quand les courbes d'infection du coronavirus s'aplatiront, ni quand et à quelle vitesse les verrouillages seront levés.
  • -Peut-être que Goldman Sachs a raison, et le PIB américain se contractera de 34% (annualisé) au deuxième trimestre. Peut-être que Citibank et Bank of America ont raison et que ce sera « seulement » 12%. Et alors ? Au contraire, l'énorme écart entre ces extrêmes prouve le peu de sens que de telles prévisions ont.
  • -Ce qui est certain, c'est que l'économie mondiale va plonger dans une profonde récession au deuxième trimestre. Ce qui est probable, c'est qu'une reprise progressive aura lieu au second semestre.
  • Pourquoi ? Contrairement à d'autres récessions, celle-ci n'est pas structurelle mais… «biologique». Ce n'est vraiment la faute de personne. Cela donne aux gouvernements et aux banques centrales une excuse pour agir plus rapidement que jamais et sans limites.
  • Nous ne pouvons pas savoir si les marchés ont déjà atteint un creux ou s'aggraveront avant de s'améliorer. Tout ce que nous savons, c'est que les marchés financiers ont tendance à actualiser aujourd'hui ce qu'ils s'attendent à ce que cela se produise demain et qu'à l'heure actuelle, ils ont déjà anticipé une récession profonde, mais pas encore une reprise.
  • -À court terme, une certaine prudence est certainement logique. Mais il est trop tard, à notre avis, de penser à la protection (si ceci n'a pas été fait). Désormais, les investisseurs ne devraient se concentrer que sur le moment, le lieu et quoi acheter.


Un cygne noir foncé …

  • -Un «cygne noir» est un événement imprévisible et extrêmement rare aux conséquences graves.
  • -Avec une grande partie de la population mondiale directement touchée par la pandémie de coronavirus - respectivement par des mesures sévères prises pour la combattre - c'est sans doute le cygne noir le plus sombre depuis la Seconde Guerre mondiale.
  • -Ce qui nous a surpris non seulement, c'est que les pays «développés» (?) N'ont pas pu bénéficier de l'expérience de la Chine et de la Corée du Sud pour lutter contre le virus, ni de Hong Kong et Singapour qui ont réussi à le contenir.
  • -Au moment où les affaires Covid-19 explosaient de façon exponentielle, les prix du pétrole ont implosé dans le contexte d'une lutte pour la part de marché entre la Russie et l'Arabie saoudite. Ou est-ce possible que les deux se soient alliés contre les États-Unis ?

  • -Pour le consommateur moyen, les bas prix du pétrole peuvent être de bonnes nouvelles. Pour le secteur de l'énergie (très endetté), puis pour les marchés financiers mondiaux, ce cygne noir clair est arrivé au pire moment, déversant plus de pétrole sur un feu déjà dévastateur.


Réponses des banques centrales: «tout ce qu'il faut»

  • -La réponse budgétaire et monétaire à cette pandémie est sans précédent, en termes de rapidité et de taille.
  • -Les banquiers centraux et les gouvernements se surenchérissent avec des mesures de relance de plus en plus importantes. Le paquet de 5 billions de dollars promis par les dirigeants du G20 le 26 mars donne une idée de ce qui est en cours de préparation, qui compte toujours.
  • -Le montant à la fin n'a pas vraiment d'importance. Ce qui importe maintenant, c'est que les gouvernements et les banquiers centraux fassent… «tout ce qu'il faut».


Quelles conséquences ?

  • -Les déficits budgétaires vont exploser et les ratios dette / PIB vont à nouveau augmenter.
  • -Je ne sais pas si cela entraînera une crise de la dette publique plus loin. Après tout, le Japon démontre depuis un certain temps qu'un ratio extrême dette / PIB peut être durable.
  • -Cependant, lorsque l'on envisage de gonfler la dette publique, investir dans l'or et les actions peut s'avérer plus sûr, au fil du temps, que détenir des obligations d'État… et plus rentable aussi.


Et le Cash dans tout ça ?

  • -Quelques faits: malgré les rendements incroyables des actifs risqués en 2019, les fonds du marché monétaire ont enregistré des entrées importantes l'année dernière.
  • -Lorsque les marchés se sont effondrés en mars, la trésorerie est devenue «César», les fonds du marché monétaire ayant fait face à des entrées record de plus de… un demi-milliard de dollars!

  • -Ce que les statistiques ne montrent pas, c'est tout l'argent en réserve hors des fonds du marché monétaire, à savoir sur les comptes bancaires. Des milliers de milliards ?
  • -La trésorerie est une excellente classe d'actifs… mais seulement si elle est mise à contribution lorsque des opportunités se présentent !
  • -Détenir (trop) d'argent à long terme est… « inutile », surtout quand il n'offre pas de rendement.
  • -Tôt ou tard, les investisseurs devront redéployer de la trésorerie - et nous pensons que ce sera plus tôt, c'est-à-dire au cours de ce deuxième trimestre 2020. •
  • -Dans nos mandats, nous sommes toujours en surpondération de trésorerie, mais avons l'intention de la redéployer progressivement dans les semaines à venir, soit après des cessions supplémentaires, soit si nous obtenons une meilleure visibilité à la fin de ces blocages.


Et le marché obligataire?

-Au cours de la semaine se terminant le 20 mars, les fonds à revenu fixe de toutes catégories ont dû faire face aux sorties de fonds les plus importantes jamais enregistrées, pour un total de 108,9 milliards USD.


  • -Les spreads des offres d'achat pour les obligations individuelles se sont élargis jusqu'à 5% pour le Investment Grade et jusqu'à 10% pour le papier High Yield. Sur 20% des obligations EM et HY, les vendeurs n'ont pu trouver aucune offre.
  • -Les courageux qui ont considéré cette situation comme une opportunité, pourraient en profiter s'ils achetaient des ETF ; car ils se négocient sans écart d'offre / offre et, en période de tension, souvent à un escompte par rapport à leur valeur liquidative.
  • -Nous avons réduit l'exposition aux marchés émergents plus risqués et aux obligations à haut rendement tout en conservant des obligations de meilleure qualité et des prêts garantis.
  • -Ainsi, nous entrons prudemment dans le nouveau trimestre et surveillons de près la liquidité du marché obligataire.


Et les actions? Quelques «suppositions»

  • -Résultats : les bénéfices du 1T20 seront mauvais, ceux du second trimestre seront horribles.
  • -Les estimations prévisionnelles des bénéfices sont obsolètes, même si les analystes peuvent ne pas être d'accord, car c'est leur travail.
  • -Dans les semaines à venir, les seules informations tangibles que nous obtiendrons des entreprises concerneront les paiements de dividendes et les rachats d'actions… suspendus. Ces mauvaises nouvelles sont largement ignorées. Dans d'autres circonstances, un « taureau / ours » proche de zéro serait un « achat hurlant ». Dans la situation actuelle, il est peut-être un peu trop tôt.
  • -Dans les semaines à venir, les seules informations tangibles que nous obtiendrons des entreprises concerneront les paiements de dividendes et les rachats d'actions… suspendus. Ces mauvaises nouvelles sont largement ignorées. Dans d'autres circonstances, un « taureau / ours » proche de zéro serait un « achat hurlant ». Dans la situation actuelle, il est peut-être un peu trop tôt.

  • -Nous sous-pondérons toujours les actions mais augmenterons progressivement l'exposition à partir d'ici, idéalement à des niveaux inférieurs, sinon lorsque les marchés montreront des signes de stabilisation.
  • -Les investisseurs ne devraient pas seulement considérer les gagnants évidents (Amazon, Microsoft, Zoom), car les « lieux surpeuplés ». Lorsque les marchés rebondiront, les secteurs les plus battus (banques, énergie, hôtels et compagnies aériennes) pourraient bien récupérer le plus.


Et l'OR?

  • -Gold L'or physique n'est la responsabilité de personne… contrairement aux obligations, actions ou espèces. L'or n'a pas de contrepartie et ne comporte donc pas non plus de risque de contrepartie.
  • -C'est pourquoi les banques centrales détiennent l'or comme ultime réserve de valeur et c'est pourquoi les individus devraient également en posséder.
  • -Lorsque les banques centrales ont « imprimé de la monnaie » après la dernière crise, l'or a plus que doublé, également parce que c'est la seule monnaie qui ne peut pas être imprimée… gratuitement.
  • -Désormais, les banques centrales impriment à nouveau, plus rapidement et plus que la dernière fois.
  • -Nous ne disons pas que les prix de l'or doubleront à nouveau ! Nous pensons simplement que l'environnement actuel est à nouveau favorable à l'or.
  • -Nous recommandons les ETF adossés à de l'or physique car plus liquides que les barres d'or et négociables en tout montant. Notre ETF préféré est celui de la Banque cantonale de Zurich qui stocke son or en Suisse.

Quid des marchés privés?

  • -Les sociétés de capital-investissement cotées (ETF) et les ETF immobiliers / REIT cotés ont subi chacun plus de 30%, en ligne avec MSCI Financials, avec des volumes quotidiens au moins 4 fois supérieurs à la moyenne.
  • -Certains, sinon beaucoup d'entre eux, se négocient probablement en dessous de la valeur de l'actif et reflètent le fait que, si l'actif était vendu aujourd'hui, il n'y aurait pas de véritable acheteur; ou que la croissance estimée soit révisée à la baisse, ce qui est vrai.
  • -Le Private Equity, la dette privée et l'immobilier offrent un avantage principal, car le GP (le gestionnaire) a un capital engagé à long terme et des cycles d'investissement plus longs, lui permettant également de s'engager dans des activités / actifs à des évaluations déprimées actuelles.
  • -Dans cet environnement, nous considérerions les fonds secondaires (qui achèteraient les investissements à rabais auprès des « vendeurs forcés »), les actifs immobiliers / d'infrastructure et / ou la dette privée pour les entreprises capables d'augmenter leurs parts de marché dans ce cycle (généralement la dette pour l'acquisition).


Mirko Visco

Managing Director and CIO of Generation ALFA