Survivre au marché baissier

2022-07-19

Comment survivre et prospérer dans un marché baissier ?

Les marchés baissiers sont récurrents dans la vie d'un investisseur. Cela ne facilite pas pour autant leur anticipation. Mais vous n'avez pas besoin d'être clairvoyant pour prendre des mesures prudentes et ainsi minimiser vos pertes sur le marché baissier tout en améliorant les rendements des investissements à long terme.

Qu'est-ce qu'un marché baissier ou en anglais « Bear Market » ?

Un « Bear Market » est défini par une baisse prolongée des prix des marchés financier. Généralement, un marché baissier se produit lorsqu'un indice de marché chute de 20% ou plus par rapport à son plus récent sommet. Il peut y avoir des « Bear Market » pour un marché dans son ensemble, comme dans le Dow Jones Industrial Average, mais aussi pour des titres individuels. Le S&P 500, par exemple, a atteint un niveau de « Bear Market » le 13 juin 2022. Il est en baisse de plus de 21% sur l'année 2022. 20% étant le seuil théorique, il est commun que les marchés chutent davantage, même avec des phases de hausses occasionnelles. Les marchés baissiers sont caractérisés par le pessimisme et la faible confiance des investisseurs. Ces derniers semblent souvent ignorer toute bonne nouvelle et continuent à vendre rapidement, poussant les prix encore plus bas.

Dans le cadre d'un marché stable, si les investisseurs sont pessimistes sur un titre individuel, seul le titre sera impacté et non le marché. Tandis qu'inversement, si le marché est baissier, la majorité des titres qui le composent est impactée négativement. Et ce, même si les titres sont liés à des actualités positives et des bénéfices en croissance.

Le marché baissier prend fin lorsque les investisseurs recommencent à acheter des titres à des prix considérés attractifs.

Quelle est la cause d'un marché baissier et quelle est sa durée ?

Un marché baissier se produit généralement avant ou après une récession de l'économie. Les investisseurs surveillent attentivement les principaux signaux économiques (embauches, croissance des salaires, inflation et taux d'intérêt) pour juger d'un potentiel ralentissement. Lorsque ces signaux démontrent clairement une contraction ou un ralentissement de l'activité économique, les investisseurs se préparent à une diminution des bénéfices des entreprises à court terme.

Le marché subit alors un flux important de ventes qui va créer la tendance baissière. Les périodes de « Bear Market » ont tendance à être plus courtes que les marchés haussiers (363 jours en moyenne) contre 1 742 jours pour les marchés haussiers. Ils ont également tendance à être moins sévères statistiquement, avec des pertes moyennes de 33% par rapport aux gains moyens du marché haussier de 159%. Le « Bear Market » du coronavirus, qui a commencé le 11 mars 2020, est entré dans une phase de marché haussier quelques semaines plus tard, bien que toutes les retombées économiques n'aient pas encore été déterminées.

Alors, que pouvons-nous faire pour amortir nos pertes, voire gagner de l'argent dans un marché baissier ?

1. Faire une moyenne du coût d'acquisition des titres les plus solides

Supposons que le prix d'une action de votre portefeuille chute de 25% : passant de 100$ à 75$. Vous avez de l'argent à investir et vous souhaitez augmenter la quantité de ce titre dans votre portefeuille. Il peut être tentant d'acheter parce que vous estimez que le prix de l'action a cratérisé. Or, vous avez probablement tort. Cette action n'a peut-être pas atteint un creux à 75$ l'unité ; au contraire, elle pourrait chuter de 50% ou plus par rapport à son sommet. C'est pourquoi essayer de choisir le fond, ou d'anticiper le marché est une démarche très risquée. Une approche plus prudente consiste à ajouter régulièrement de l'argent au marché avec une stratégie connue sous le nom de « moyenne ».

Moyenner le coût d'achat consiste à investir continuellement de l'argent au fil du temps et à parts plus ou moins égales. Cela permet de lisser votre prix d'achat en vous assurant de ne pas verser tout votre argent dans une action à son plus haut niveau et en profitant des creux du marché. Il ne fait aucun doute que les marchés baissiers peuvent être effrayants, mais l'histoire du marché boursier a prouvé qu'il finira par rebondir.

Si vous changez de perspective, en vous concentrant sur les gains potentiels plutôt que sur les pertes potentielles, les marchés baissiers peuvent être de bonnes occasions pour atteindre des actions à prix bas.

2. Diversifier vos avoirs

En plus de la première stratégie, il est fortement conseillé de stimuler la diversification de votre portefeuille – de sorte qu'il comprenne un mélange de différents actifs –, marché baissier ou non. Pendant les marchés baissiers, toutes les sociétés d'un indice boursier, comme le S&P 500, chutent généralement – mais pas nécessairement d'ampleurs similaires. C'est pourquoi un portefeuille bien diversifié est essentiel. Si vous investissez dans un mélange de gagnants et de perdants relatifs, cela aide à minimiser les pertes globales de votre portefeuille. Si seulement vous pouviez connaître les gagnants et les perdants à l'avance. Parce que les marchés baissiers précèdent ou coïncident généralement avec les récessions économiques, les investisseurs privilégient souvent les actifs, pendant ces périodes, qui offrent un rendement plus stable, indépendamment des évènements économiques. Cette stratégie « défensive » pourrait signifier l'ajout des actifs suivants : les actions versant des dividendes. Même si les cours des actions n'augmentent pas, de nombreux investisseurs veulent toujours être payés sous forme de dividendes. C'est pourquoi les entreprises qui versent des dividendes supérieurs à la moyenne seront attrayantes pour les investisseurs pendant les marchés baissiers. Les obligations sont également un investissement attrayant pendant les périodes instables du marché boursier. Leur prix évolue souvent dans la direction opposée à celle des actions. Les obligations sont une composante essentielle de tout portefeuille, mais l'ajout d'obligations à court terme de haute qualité à votre portefeuille peut aider à soulager l'impact négatif d'un marché baissier.

3. Investir dans des secteurs qui se comportent bien en période de récession

Si vous souhaitez ajouter des actifs stabilisateurs à votre portefeuille, regardez les secteurs qui ont tendance à bien performer pendant les ralentissements du marché. Des choses telles que les biens de consommation de base et les services publics résistent généralement mieux que d'autres aux marchés baissiers. Vous pouvez investir dans des secteurs spécifiques par le biais de fonds indiciels ou de fonds négociés en bourse, qui suivent un indice de référence du marché. Par exemple, investir dans un FNB (plus communément appelé ETF) de biens de consommation de base vous donnera une exposition aux entreprises de ce secteur, qui a tendance à être plus stable pendant les récessions. Un fonds indiciel ou un FNB offre plus de diversification que d'investir dans une seule action, car chaque fonds détient des actions de nombreuses sociétés.

4. Se concentrer sur le long terme

Les marchés baissiers mettent à l'épreuve la détermination de tous les investisseurs. Bien que ces périodes soient difficiles à supporter, l'histoire montre que vous n'aurez probablement pas à attendre trop longtemps pour que le marché se rétablisse. Et si vous investissez pour un objectif à long terme, comme la retraite, les marchés baissiers que vous subirez seront éclipsés par les marchés haussiers. L'argent dont vous avez besoin pour des objectifs à court terme, généralement ceux que vous espérez atteindre en moins de cinq ans, ne doit pas être investi sur le marché boursier. Pourtant, résister à la tentation de vendre des investissements lorsque les marchés s'effondrent est difficile, mais c'est certainement l'une des meilleures décisions que vous puissiez prendre pour votre portefeuille.

Generation ALFA : quelles solutions ?

Durant les 6 dernières années, nous avons graduellement augmenté l'allocation dans des opportunités d'investissements directs, tels que de l'immobilier à rendement (club-deals de sièges sociaux, datacenters, sites de logistiques, résidences étudiantes) ainsi que dans des dossiers de dette privée, visant à accompagner la croissance de PME en nous protégeant par le nantissement de garanties solides. Cette première étape a permis de réduire la volatilité des portefeuilles et d'assurer un flux de trésorerie plus constant, tout en acceptant un risque de liquidité plus important.

Ceci ne permettant pas d'améliorer la gestion de la poche d'investissements « liquides », nous avons développé une solution supplémentaire d'allocation « flexible » au travers d'un AMC (Actively Managed Certificates). Cet AMC nous permet d'allouer les liquidités en fonction de données quantitatives et qualitatives extraites quotidiennement d'algorithmes variés nous signalant les cycles de marchés à court terme pour tout indice de marché (actions, obligations, matières premières) et pour chaque secteur. A ceci s'ajoute une analyse technique approfondie pour travailler sur les cycles à moyen ou long terme. De façon assez pragmatique, il en ressort des signaux d'achat ou de vente sur les points extrêmes, et seuls ces points extrêmes seront considérés pour un investissement. Tout dernièrement, nous avons fortement réduit les investissements avec des Price/Earnings trop élevés et des entreprises trop endettées, privilégiant la qualité, des bilans solides (peu ou pas de dette) et des P/E inférieurs à la moyenne du S&P 500.

Lors de « Bear market », le plus important est de rester au contact des marchés et d'être réactif. Prendre ses bénéfices mais également ses pertes le cas échéant, puisque dans ces situations, le marché ne fait pas de prisonniers, tout le monde baisse, même si ce sont des investissements de qualités.